Musique

Un train de retard

L’autre jour je me demandais ce que je pouvais bien faire au moment de la sortie du film "Collision".
Ajourd’hui je me demande comment j’ai pu passer à côté de la scène Soul française ?
J’ai visiblement passer quelques années à l’ombre d’un obscurantisme musical aussi absurde qu’involontaire.

Bref, je tente de rattraper mon train de retard à grand renfort de surf dans l’univers Myspace.
Du coup, très rapidement les rayons de la Fnac paraissent ridicules et étriqués.

On y croise notamment la soul un peu nue d’Ines, la Karibeen soul de Leedyah Barlagne, la Soul R&b de Meemee Nelzy, le flow de Flo et mon artiste du moment Gnom. Tout ça n’est pas bien structuré. On ne voit pas tout de suite le fil conducteur de tous ces liens derrière lesquels se cachent une palette "toucouleur" d’artistes talentueux.

Ca foisonne, ca fourmille de mille mélodies qui réchauffent le coeur et l’âme. Ils portent en eux l’avenir de la musique créole, celle qui s’émancipe du formatage musicale et des trop petites cases zouk, dancehall ou reggae.
Je les découvre tous tardivement parce que jusqu’ici j’étais allergique au format exclusif et illisible de MySpace et que j’écoutais ce que l’on voulait bien me faire avaler. Mais aussi et surtout parce que la culture créole, sa langue et sa musique ne me parlait pas.

A l’heure où des émissions comme la starac cartonnent, je trouve la grosse industrie du disque à la fois frileuse et hypocrite. Il suffirait de passer un peu